samedi 4 mai 2019

Le miracle économique Éthiopien est aussi une tragédie environnementale Les rivières et les lacs éthiopiens s'assèchent maintenant à une vitesse effrayante


La ville de Ziway près du lac Abijatta et à environ 200 km au sud de la capitale, Addis-Abeba, est en plein essor grâce au dynamisme de ses industries primaires. Le groupe français Castel, le deuxième producteur de bière et de boissons non alcoolisées en Afrique, a créé des vignobles et la multinationale néerlandaise Afriflora Sher a créé la plus grande ferme de rosiers au monde, employant 1 500 ouvriers qui gagnent 83 $ par mois. Ces entreprises ne paient rien pour l'eau de la rivière Bulbula, qui se jette dans le lac Abijatta. Les agriculteurs locaux ont installé entre 5 000 et 6 000 pompes illégales qui consomment encore plus d'eau.Plus de la moitié du lac a disparu au cours des 30 dernières années, laissant une vaste étendue de marais salants. Les images satellites recueillies par la chercheuse Debelle Jebessa Wako révèlent que, de 1973 à 2006, sa superficie a diminué de 76 à 34 milles carrés. Les poissons ont disparu à cause de la salinité accrue de l’eau restante. Les autres lacs de la partie centrale de la vallée du Grand Rift (Ziway, Shalla et Langano) font face à la même menace. Deux millions de personnes dépendent du lac Ziway, le seul lac d’eau douce de la région, mais son niveau ne cesse de baisser. Près de Harar, à plus de 300 km à l'est de la capitale, la culture du khat commercial (ses feuilles qui stimulent, sont exportées dans la Corne de l'Afrique et dans la péninsule arabique), la brasserie Harar et le surpâturage ont contribué à l'assèchement du lac. A Alemaya le cactus pousse maintenant là où il y avait un lac avec une circonférence de 14 km. La qualité de l’eau du lac Ziway se détériore, entraînant une augmentation des coûts de traitement. Source: Christelle Gérand

mardi 9 avril 2019

Le vin de Bordeaux va où est l'argent


Zhao Wei, star du cinéma chinois
aux multiples récompenses, a fait la promotion,
 mardi dans son vignoble de Saint Emilion
de Château Monlot, produit sur un domaine
de huit hectares, en AOC…
Depuis des siècles, le bordelais s’adapte à l’argent et aux goûts étrangers, avec une souplesse. Bordeaux a accueilli les Anglais quand ils étaient sous leur domination aux XIIe et XIIIe siècles, ainsi que les Hollandais qui ont asséché les marais au XVIIe siècle. Il a ouvert ses caves aux Allemands pendant l'occupation nazie et, plus récemment, il a changé de goût pour s'adapter aux préférences du critique de vin américain aux influences californiennes Robert Parker.
Bordeaux va où est l'argent. Et l'argent est maintenant avec les Chinois.
«C’est une bonne chose qu’il y ait des investisseurs. Les Chinois aident beaucoup de propriétaires qui, en raison des droits de succession élevés en France, ne peuvent souvent pas transmettre leurs biens à des enfants Les Chinois ont beaucoup de liquidités, alors ils aident ces propriétaires à prendre une retraite décente" déclare un propriétaire chinois. Et « ils aident aussi à préserver les châteaux."
"L’intérêt, pour les Chinois, est d’avoir quelque chose d’étranger qui leur appartient et qui est recherché par les consommateurs chinois."
L'invasion chinoise se limite à peut-être 3% des quelque 6 000 châteaux de la région bordelaise. Les Chinois n'ont acheté aucune des propriétés de vin les plus célèbres, optant plutôt pour les produits de moyenne gamme, moins bien classés.
Ils viennent avec la volonté de créer un lien important avec la Chine, qui est devenue la destination de près de 20% des vins produits à Bordeaux. Près de 80% du vin produit par les propriétaires chinois va directement en Chine et n’est pas consommée en France.

mercredi 13 mars 2019

Corée du Nord : la «responsabilité de terrain» ou le nouveau système de gestion des sous-groupes de travail

Selon le système mis en place par Kim Jong Un en 2014, le chef d'équipe de sous-travail est le responsable hiérarchique en charge des opérations quotidiennes. Son équipe est composée de 15 à 20 personnes, mais peut parfois être plus petite lorsque la terre est meilleure et que la ferme est plus mécanisée.
Selon la vision de Kim, le chef d’équipe de sous-travail s'apparente à un entrepreneur en charge de son personnel : il est chargé de résoudre les problèmes et de mettre en œuvre les directives du parti de manière créative et dynamique, en fonction des circonstances. Le responsable de l’équipe de sous-travail est censé diriger et aller de l’avant - «Du matin, au lever, au lit, et au plus tard, la nuit».
Lié à cela, le chef d'équipe de sous-travail doit aussi comprendre les méthodes et les outils agricoles modernes, être prêt pour l'avenir.
Enfin, le chef d'équipe de sous-travail doit savoir ce que les membres de son équipe aiment, ce dont ils ont besoin et les traiter avec respect. Le chef d'équipe du sous-groupe de travail, en tant qu'entrepreneur socialiste modèle, doit traiter sa charge comme faisant partie de la famille socialiste, inculquant des valeurs collectivistes, mais veillant également à ce que tout le monde travaille avec « l’attitude d'un responsable ».
Dans l'ancien système, les agriculteurs recevaient des rations fixes, liées au nombre de journées de travail effectuées dans les champs. La qualité et l'intensité de leur travail n'étaient pas bien mesurées, car les sous-équipes de travail étaient de grande taille et les chefs d'équipe de sous-équipes de travail n'avaient pas les moyens ni la motivation pour mesurer la qualité du travail. En outre, les rations que les agriculteurs pouvaient obtenir en travaillant dur étaient limitées.
Le chef d'équipe du sous-groupe de travail est donc le point central du nouveau système, comme il l'était dans l'ancien. Mais son rôle a considérablement changé, l’État ayant laissé un certain contrôle aux agriculteurs sur l’allocation effective des récoltes
Les agriculteurs nord-coréens sont exaltés pour apprendre comment améliorer leur travail, en apprenant de nouvelles méthodes agricoles scientifiques dans le cadre de la politique générale visant à « transformer tous les individus en des personnes scientifiquement capables ». Les scientifiques du pays sont également supposés rechercher des percées techniques potentielles dans les domaines du développement des semences, des machines et des méthodes techniques.
Dans le même temps, bien que d'importants changements soient apportés aux incitations dont il est question, l'État est toujours supposé être le principal fournisseur de fournitures agricoles - machines, engrais, pesticides, force de travail nécessaire à la récolte, etc.
Par conséquent, du moins dans le secteur des céréales, le plan central reste très important, mais la structure d’incitation à laquelle les agriculteurs sont confrontés a été considérablement modifiée.
 Le «système de responsabilité sur le terrain» marque un changement radical dans la politique agricole nord-coréenne 

mercredi 6 février 2019

Intelligence Artificielle et Applications Agricoles


Étude des Nations Unies : la Chine, les États-Unis et le Japon dirigent le développement mondial de l'Intelligence Artificielle (l'intelligence artificielle – est la capacité d'une machine à utiliser et à étudier des
données informatiques pour tenter de reproduire le comportement humain
)
.
L'apprentissage automatique utilise des algorithmes informatiques pour apprendre aux machines à prendre des décisions indépendantes en apprenant des comportements antérieurs ou existants.
La révolution du robot agricole est imminente, avec des machines de cueillette de fruits, d’autres qui sont presque prêtes à rouler dans les champs pour désherber, pulvériser, récolter et remplacer des ouvriers.
La technologie agricole actuelle aide les agriculteurs à labourer et à pulvériser les cultures avec une plus grande précision. Aujourd'hui, une automatisation améliorée et des analyses de données volumineuses vont se combiner à la technologie des robots agricoles, ce qui présentera de gros avantages.
La mise en œuvre d'une agriculture de précision avec automatisation entraînera des augmentations de rendements et réduira les coûts d'intrants pour les producteurs. Elle pourrait rivaliser avec la révolution verte et la mécanisation en tant que grands moteurs de la productivité agricole.

Pour en savoir plus

lundi 21 janvier 2019

La vanille pourrait épicer l’agriculture de la Floride


Dans les régions tropicales du sud de la Floride, des chercheurs tentent de cultiver la prochaine culture commerciale de l’État. Ce pourrait être la vanille. Ils testent de nouveaux cultivars.
Les agriculteurs de la Floride pourront s’intéresser au potentiel de la plante en tant que culture secondaire précieuse.
Vanille de Taha Polinésie
• Les prix de la vanille ont monté en flèche ces dernières années parce que les grandes marques de produits alimentaires tentent de passer au naturel, en abandonnant l'arôme artificiel la vanilline. La vanille a maintenant plus de valeur que l'argent et se vend à environ 600 dollars le kilo.
L
es changements climatiques et les défis géopolitiques ont un impact sur les fournisseurs mondiaux de vanille tels que Madagascar et le Mexique, contribuant à la hausse des prix et à l'instabilité de l'offre mondiale.
En 2017, un cyclone a frappé Madagascar, faisant au moins 81 morts et endommageant 30% de la récolte. Les producteurs de vanille du pays insulaire risquent leur vie en défendant les précieuses récoltes des voleurs.
• La majeure partie de l’industrie repose actuellement sur une espèce d’orchidée vanille, Vanilla planifolia, laissant la majeure partie de la production mondiale exposée à une maladie ou à un ravageur opportuniste. L’industrie bananière est actuellement aux prises avec une telle crise avec la maladie de Panama qui dévaste la banane la plus populaire au monde, la Cavendish
La production de vanille en Floride pourrait ouvrir la voie à une économie de niche pour l’État et aider à diversifier son offre agricole.

vendredi 21 décembre 2018

Zambie : un avenir prometteur pour l'agriculture et l’alimentation en Afrique

La Zambie, l’un des pays les plus fertiles du continent africain. On y produit une vaste gamme de produits alimentaires, notamment du maïs, du riz, du mil, du sorgho, des patates douces, thé, café...
La Zambie à elle seule possède une masse de terres arables plus grande que le Royaume-Uni, des sols très fertiles et une abondance d'eau qui permettent de créer des conditions agricoles parfaites.
Malgré cela, selon la Commission nationale zambienne pour l’alimentation et la nutrition, observe que 52% des décès d’enfants sont dus à la malnutrition et 40% des enfants de moins de cinq ans connaissent un retard de croissance.
Une bonne gestion agricole, une irrigation efficace, l'utilisation de cultures adaptées au climat et aux conditions locales sont des facteurs d'importance vitale.
En outre, une approche combinée pourrait révolutionner les méthodes agricoles avec la mécanisation; l'utilisation appropriée d'engrais et de pesticides et
le déploiement de cultures sélectionnées à bon rendement.

mardi 13 novembre 2018

Les OGM ne sont pas l'avenir de l'agriculture. Avec les nouvelles techniques d'édition de gènes, la technologie controversée OGM ne sera plus nécessaire

Entrer dans l'édition de gènes de précision, une approche entièrement nouvelle de la sélection végétale radicalement différente de celle que nous connaissons sous le nom d'OGM. Il y a quarante ans, les scientifiques ont eu recours à l'insertion de matériel génétique étranger car, dans les années 1970, personne ne savait comment modifier avec précision des gènes particuliers associés à un trait spécifique. En d'autres termes, la technologie transgénique (OGM) était une sorte de palliatif, utilisé en l'absence d'outils pour réaliser ce que les phytogénéticiens ont toujours voulu accomplir: apporter un changement particulier et obtenir un résultat particulier. Depuis lors, la situation a radicalement changé: les généticiens ont développé une compréhension de plus en plus sophistiquée des interactions de divers gènes chez les plantes. Pendant ce temps, les biologistes moléculaires ont mis au point divers types de ciseaux génétiques pour éliminer certaines parties de l'ADN et ont mis au point d'autres moyens d'effectuer de minuscules changements. Et avec l'édition de gènes, tous ces changements se produisent uniquement dans le génome d'une plante particulière, ce qui signifie qu'aucun matériel non natif n'est intégré.
Essentiellement, la sélection végétale est bouclée. Les scientifiques peuvent maintenant développer de nouvelles cultures comme la nature le ferait avec suffisamment de temps, mais l'édition de gènes permet d'effectuer ces changements très vite. Des cultures résistantes à la sécheresse et aux maladies sont désormais possibles, en plus de celles qui augmentent les rendements pour les agriculteurs, ainsi que le goût et la nutrition pour les consommateurs. Ce qui pourrait prendre des milliers d'années à travers le rythme d'évolution peut maintenant être réalisé en quelques mois.
Pour en savoir plus par Peter Beetham