mardi 3 janvier 2023

Le blé hybride peut conduire à plus de production sans crainte d'OGM

Le semencier mondial Syngenta lancera l'année prochaine un nouveau type de blé développé avec des techniques complexes de croisement aux États-Unis, battant des sociétés rivales qui tentent également de développer du blé à rendement plus élevé.
Le processus de développement est coûteux et difficile, et les entreprises ont vu un potentiel de rendement supplémentaire de 12 à 15%.
Comment est fabriqué le blé hybride ?
Pour produire des graines hybrides, on plante un mélange de plantes mâles et femelles dans les champs, puis on entoure d'une bordure de plantes mâles pour s'assurer que leur pollen sera le seul pollen disponible pour les femelles.
Le produit a été créé sans génie génétique. Le blé hybride, qui combine les caractéristiques positives des deux plantes mères. Deux grandes entreprises chimiques allemandes - BASF et Bayer prévoient leurs propres lancements de blé hybride à l'avenir.

mercredi 14 décembre 2022

L’agriculture de demain comme solution pour combattre les effets du réchauffement climatique, faire face aux menaces qui pèsent sur l’agriculture et pourvoir subvenir à l’alimentation de la population

 Quelques éléments de réflexions rapportées par la presse Anglo-Saxonne


, en relation avec la production agricole, suite au sommet mondial de la biodiversité à Montréal.   

1° - Aider les agriculteurs à adapter les productions :
Sélectionner ou introduire aux plantes des gènes caractéristiques de  tolérance afin qu’elles puissent mieux réagir à la chaleur, à la sécheresse et aux inondations, aux sols salés. En Chine on a introduit plusieurs de ces caractéristiques au riz. De même de la tolérance aux  agents pathogènes et les ravageurs (la tolérance est préférable à la résistance car la rusticité est plus stable alors que la résistance peut être contournée avec l’apparition de nouvelles souches de parasites qui se développent rapidement sans concurrence).
2° - Aider le développement et le déploiement des innovations agricoles responsables :
Améliorer l’aptitude à la photosynthèse pour augmenter les rendements. Il s’agit de reproduire ou introduire les gènes trouvés dans les cultures photo synthétiquement efficaces.
Augmenter la quantité de carbone qu'une plante puisse séquestrer dans le sol notamment grâce à un fort système racinaire.
Accélérer la domestication des cultures sauvages ou anciennes et délaissées en sources de nourriture et ainsi renforcer la résilience alimentaire.
3° - Travailler ensemble :
 Recherche, éducation, organismes professionnels, Etat…
4°- Faire de l’amélioration qualitative des sols, des plantes, des animaux une priorité mondiale.
Reconcevoir les plantes cultivées afin de servir de sources alimentaires plus nutritives et plus durables. Revoir les pratiques d’élevage et de gestion des sols. Au Japon, par exemple, on a créé et commercialisé une variété de tomate qui exprime des composés bénéfiques à la santé, une agréable douceur et une légère acidité…  .  


jeudi 24 novembre 2022

L’agroforesterie un moyen de lutter contre le changement climatique

Comme de nombreuses pratiques agricoles régénératives et réparatrices, l'agroforesterie est un terme nouveau pour un concept ancien. Les cultures du monde entier se sont appuyées pendant des
siècles sur des pratiques traditionnelles d'utilisation des terres qui relient les arbres, les cultures et le bétail
Le Département de l'agriculture des États-Unis le définit comme "la combinaison intentionnelle de l'agriculture et de la foresterie pour créer des pratiques d'utilisation des terres productives et durables".
La FAO énumère trois principaux types de systèmes agroforestiers :
• Les systèmes agrosylvicoles combinent cultures et arbres. La culture en couloirs en est un exemple.
• Les systèmes sylvopastoraux combinent la sylviculture et le pâturage des animaux domestiques sur les pâturages ou les fermes.
• Les systèmes agrosylvopastoraux intègrent arbres, animaux et cultures.
Les avantages pour les humains, les animaux et la terre sont nombreux. Entre autres choses, l'agroforesterie peut :


• Fournir des revenus supplémentaires aux agriculteurs, éleveurs et propriétaires fonciers
• Protégez les animaux, les personnes et les cultures des phénomènes météorologiques extrêmes
• Séquestrer le carbone
• Gardez le ruissellement agricole hors des cours d'eau et des lacs
• Accroître la biodiversité et l'habitat faunique
• Améliorer les habitats des pollinisateurs
• Accroître la vitalité économique des communautés rurales
Un petit guide de l'agroforesterie   





samedi 8 octobre 2022

Les grains anciens gagnent en popularité à mesure que le monde se réchauffe

 À mesure que la planète se réchauffe, les cultures tolérantes à la sécheresse et hautement nutritives peuvent insuffler aux humains une plus grande stabilité alimentaire. La FAO affirme que, sur quelque 6 000 espèces végétales cultivées pour l'alimentation, moins de 200 contribuent de manière substantielle à la production alimentaire mondiale parmi ces 6 000 espèces végétales cultivées, il y a des céréales qui sont restées globalement inchangées depuis plusieurs centaines d'années ? Un grain ancien n'a pas été raffiné comme le riz blanc, pain blanc ou farine blanche. Ainsi, ils ont tendance à être plus riches en protéines, en acides gras oméga-3, en vitamines B et en zinc. Ils sont également une bonne source de fibres.
De l'orge, de l'épeautre et du farro, plus communément reconnus, au kamut, au teff et au sorgho moins connus, les grains anciens sont un groupe de grains et de céréales qui remontent à la préhistoire. Ils ont réussi à rester relativement entiers et intacts par l'industrie alimentaire moderne, en particulier par rapport à certaines autres variétés de blé et de maïs.

Les céréales anciennes ne nécessitent généralement pas d'engrais, de pesticides ou d'irrigation. 
L'amarante et le quinoa ont suscité un intérêt considérable en raison de leur propriété sans gluten. Le gluten se trouve dans le blé, l'orge et le seigle. Son objectif principal est de donner à la pâte son élasticité, utilisée ensuite pour créer une gamme de produits en conférant une texture moelleuse et en maintenant sa forme.
Le chia peut être considéré comme un aliment fonctionnel car il augmente l'indice de satiété et contrôle les maladies cardiovasculaires, les maladies inflammatoires et du système nerveux, ainsi que le diabète — en plus de contribuer à la nutrition humaine.
Le bulgare, les pseudo-céréales, le blé Khorasan et le freekeh n'ont jamais été transformés via des modifications génétiques ou des hybridations.
Le mil et le sorgho réduisent les risques de diabète et d'autres maladies chroniques telles que l'asthme et l'arthrite.
Kamut était un grain trouvé dans la tombe du roi Toutankhamon
Pour en savoir plus

mardi 16 août 2022

Relancer le sorgho comme aliment clé

 En pensant à l'agriculture de demain : comment pouvons nous cultiver et comment pouvons nous


produire de la nourriture sans une consommation massive d'eau, quelles sont les possibilités, quelles sont les cultures que nous pouvons cultiver aujourd'hui, et ce que nous devrons faire à l'avenir, pour préserver ressources en eau ?
Le sorgho n’as pas besoin d'arrosage, peu d'engrais et de pesticide , une bonne alternative au maïs. Le sorgho est aussi nutritif que le maïs et a une grande tolérance à la sécheresse. Cela en fait une option résiliente pour les agriculteurs à semer dans des conditions climatiques changeantes.
Le sorgho sans gluten est riche en protéines et contient huit des neuf acides aminés essentiels. le problème est la différence de rendement en France: le sorgho grain: 6 tonnes/ha, le maïs 11 tonnes/ha. La recherche variétale doit s'en préoccuper.
Le sorgho est une céréale peu connue en Europe mais largement utilisée dans d'autres parties du monde et peut être un ingrédient pour l'alimentation, le couscous ou même la bière. Il est très utilisé en alimentation animale notamment en Chine.

mercredi 13 juillet 2022

Le Pongamia ce super arbre pourrait aider à nourrir le monde et lutter contre le changement climatique

 Une startup Terviva vise à planter des millions de pongamias - des arbres «miracles» qui peuvent pousser sur des terres arides et produire des produits similaires au soja et à l'huile d'olive.

Nous avons besoin de cultiver beaucoup plus de nourriture avec beaucoup moins d'impacts sur l'environnement tout en utilisant beaucoup moins de terres. Nous avons également besoin de faire pousser beaucoup plus d'arbres, afin de pouvoir stocker plus de carbone sur terre et réduire la quantité de carbone dans l'atmosphère. La solution, le Pongamia. Un arbre tropical d'apparence ordinaire doté de super pouvoirs agricoles. Il produit des haricots riches en protéines et en huile un peu comme le soja, sauf qu'il a le potentiel de produire beaucoup plus de nutriments par hectare que le soja. Il est assez robuste pour pousser sur à peu près n'importe quel terrain, aussi dégradé soit-il, sans pesticides ni irrigation. Non seulement il élimine le carbone de l'atmosphère, ce qui combat le changement climatique, mais il aspire également l'azote de l'air, de sorte qu'il n'a généralement pas besoin d'engrais qui accélère le changement climatique. Il peut séquestrer 12 tonnes de carbone par Ha et par an. C'est un arbre autosuffisant, tolérant à la chaleur, à la sécheresse et résistant à la jungle qui peut produire des rendements très forts sur des terres marginales. Le pongamia n'est pas un nouvel arbre ou un arbre rare. Il a été cité pour ses propriétés curatives dans les anciens textes de médecine indienne, il est encore très courant en Inde. Les graines de pongamia ont un "goût amer et un arôme désagréable", ce qui explique pourquoi elles ne se sont jamais été propagées comme aliments pour animaux ou humains. Article à consulter


jeudi 2 juin 2022

Les pommes de terre pour limiter la croissance du désert de Gobi

 Avec plus de 2,6 millions de kilomètres carrés de terres sablonneuses et désertifiées, la Chine est l'un des pays les plus sujets à une grave désertification.
Selon l'enquête nationale de 2015 sur la désertification, près d'un tiers des terres territoriales totales du pays sont désertifiées, et environ 17 % des terres sont sablonneuses.
En 1978, une campagne anti désertification

a commencé dans le nord de la Chine pour planter un mur massif d'arbres - connu sous le nom de "Grande Muraille verte" - le long de la frontière avec le désert de Gobi pour contenir de manière significative son expansion.
Le reboisement joue un rôle crucial dans la lutte contre la désertification. Rien que l'année dernière, 3,6 millions d'hectares de forêts ont été plantés. Les projets de verdissement ont permis d'empêcher l'expansion de plus de 1,4 million d'hectares de terres sablonneuses et désertiques et de restaurer plus de 3 millions d'hectares de prairies. La région autonome de Mongolie intérieure, dans le nord de la Chine, possède la plus grande quantité de terres désertifiées et sablonneuses du pays. Elle est donc confrontée à une grave menace de désertification. Aujourd'hui, cependant, les pommes de terre aident à transformer le sable en une oasis de verdure.
Lay's, une entreprise de snacks à base de pommes de terre basée aux États-Unis achète les produits de la ferme coopérative de pommes de terre à Ordos, en Mongolie intérieure. Le champ est équipé par un système de conduites d'irrigation. Avec l'aide d'un certain nombre d'experts agricoles, a été mené des dizaines d'expériences et ont été modifiées à plusieurs reprises les techniques de plantation. Ils ont pu étendre leurs opérations à partir d'un petit champ expérimental de pommes de terre et introduire plusieurs unités de culture à grande échelle. Article de China Daily