mardi 9 avril 2019

Le vin de Bordeaux va où est l'argent


Zhao Wei, star du cinéma chinois
aux multiples récompenses, a fait la promotion,
 mardi dans son vignoble de Saint Emilion
de Château Monlot, produit sur un domaine
de huit hectares, en AOC…
Depuis des siècles, le bordelais s’adapte à l’argent et aux goûts étrangers, avec une souplesse. Bordeaux a accueilli les Anglais quand ils étaient sous leur domination aux XIIe et XIIIe siècles, ainsi que les Hollandais qui ont asséché les marais au XVIIe siècle. Il a ouvert ses caves aux Allemands pendant l'occupation nazie et, plus récemment, il a changé de goût pour s'adapter aux préférences du critique de vin américain aux influences californiennes Robert Parker.
Bordeaux va où est l'argent. Et l'argent est maintenant avec les Chinois.
«C’est une bonne chose qu’il y ait des investisseurs. Les Chinois aident beaucoup de propriétaires qui, en raison des droits de succession élevés en France, ne peuvent souvent pas transmettre leurs biens à des enfants Les Chinois ont beaucoup de liquidités, alors ils aident ces propriétaires à prendre une retraite décente" déclare un propriétaire chinois. Et « ils aident aussi à préserver les châteaux."
"L’intérêt, pour les Chinois, est d’avoir quelque chose d’étranger qui leur appartient et qui est recherché par les consommateurs chinois."
L'invasion chinoise se limite à peut-être 3% des quelque 6 000 châteaux de la région bordelaise. Les Chinois n'ont acheté aucune des propriétés de vin les plus célèbres, optant plutôt pour les produits de moyenne gamme, moins bien classés.
Ils viennent avec la volonté de créer un lien important avec la Chine, qui est devenue la destination de près de 20% des vins produits à Bordeaux. Près de 80% du vin produit par les propriétaires chinois va directement en Chine et n’est pas consommée en France.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire