dimanche 18 août 2019

Avec le nouveau grain pérenne, un blé vivace, un pas en avant pour une agriculture respectueuse de l'environnement



Après quatre décennies d’essais, l’institut « The Land Institute » près de Salina, Kansas a présenté son premier grain commercial, une variété de marque connue sous le nom de Kernza, une herbe sauvage domestique - agropyre intermédiaire - à la tête longue et effilée qui ressemble à la graine de blé. Décrite comme douce et noisette, elle est maintenant transformée en une céréale appelée Honey Toasted Kernza par Cascadian Farms, et Patagonia

Moisson de Kernza
Il existe deux approches pour créer des cultures pérennes: en croisant une espèce sauvage pérenne avec une plante domestiquée ou, comme dans le cas de Kernza, en domestiquant une espèce sauvage pérenne. Kernza est une version domestiquée de l'agropyre intermédiaire, un parent sauvage du blé. Mais pour faire ressortir les caractéristiques souhaitables d'une plante, en particulier le rendement, il faMoissonut plusieurs générations de reproduction par essais et erreurs.
Les graines de Kernza
L'institut développe d'autres cultures pérennes, notamment le riz et le sorgho, bien qu'aucune ne soit cultivée à des fins commerciales.
Pour le Land Institute, cependant, le pérennisme n'est qu'une partie de l'objectif. À terme, il souhaite créer une polyculture pérenne autonome de diverses plantes comestibles, du sorgho au blé en passant par le tournesol sauvage, cultivées pour leur huile. Les lupins ou les trèfles pourraient être cultivés pour fixer l'azote et éviter ainsi l'utilisation d'engrais artificiel. Sans avoir à labourer chaque année, les grands systèmes racinaires de ces plantes se développeraient et pourraient atteindre les eaux loin sous la surface, réduisant ainsi l'érosion du sol. Et sans labour annuel, le carbone du sol resterait dans le sol. Les annuelles ne constituent pas un excellent habitat pour les insectes et les animaux qui sont des éléments essentiels des chaînes de l'écosystème sur lequel nous dépendons.Pour lire l'article en entier

 
 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire