lundi 4 novembre 2019

Pourquoi les agriculteurs chinois ont franchi la frontière en Extrême-Orient russe ?




Ancienne ferme russe
Une ferme qui fournissait autrefois du travail à quelque 400 Russes était incapable de survivre après 1989. Comme beaucoup de fermes collectives en Russie rurale, la ferme de Mayak s'est effondrée avec l'ancienne Union soviétique.
C'est à ce moment que les travailleurs chinois sont arrivés dans cinq régions frontalières et que les Russes n'ont pas toujours été heureux d'accueillir leurs nouveaux voisins.
Le président de Mayak, Yevgeny Fokin, a loué des milliers d'hectares à des entrepreneurs chinois, attirés par les faibles loyers et les grandes exploitations agricoles.
"Travailler en Russie est à peu près la même chose qu'en Chine. On se lève le matin et on va au travail", déclare Chom Vampen un agriculteur chinois.
Il fait partie des milliers de Chinois qui se sont installés dans cette vaste partie de la Russie sous-peuplée depuis le début des années 90.
L'investissement chinois a été suivi d'un afflux de migrants chinois. "Nous avons peu de terres et beaucoup de monde", a déclaré un agriculteur chinois.
Selon des données publiées par le registre foncier de l'État, BBC Russian a calculé que des citoyens chinois possédaient ou louaient au moins 350 000 hectares de terres de l'Extrême-Orient en Russie.
En 2018, environ 2,2 millions d'hectares de terres russes de la région ont été utilisés à des fins agricoles.
Dima a déménagé en Russie dans les années 1990 et a loué plus de 2 500 hectares de terres pour développer une plantation de soja. Il participe activement à la vie de la communauté en achetant des cadeaux pour les enfants de l’école maternelle et en envoyant son tracteur aider à déblaye la neige dans des villages reculés en hiver.
La plupart des Chinois traversent la frontière pour un travail saisonnier, pour semer ou récolter, puis rentrent chez eux.
Article de la BBC Russian Service By Andrei Zakharov & Anastasia

Aucun commentaire:

Publier un commentaire