dimanche 23 août 2020

Aux Emirats Arabes : une révolution agricole au milieu du désert

La pandémie de Covid-19, en soulignant le risque d'une perturbation de l'approvisionnement à l'échelle mondiale en produits périssables, est venue rappeler l'importance du concept de sécurité alimentaire.

Les Emirats arabes unis en général ont peu de ressources en eau, peu de terres arables et un environnement désertique hostile à l'agriculture. Les membres de la fédération des Emirats arabes unis, importent 90% de leurs besoins alimentaires. Les produits, notamment frais arrivent du monde entier par voie aérienne (5000 km en moyenne). L'autosuffisance alimentaire devient de plus en plus un objectif clé à long terme.

Les Emirats ont commencé à acheter ou à louer des terres agricoles principalement en Afrique de l'Est, afin de garantir leur approvisionnement. Ces pays peuvent être soumis à tensions politiques qui peuvent perturber la production et l’exportation des denrées. 

Ne plus dépendre des importations, produire localement, tout au long de l'année sans se préoccuper du changement climatique, de la pluviométrie ou de la sécheresse, disent les promoteurs des fermes verticales. 

A l'instar d'Al-Badia, une ferme verticale à Dubaï, de nombreuses fermes poussent dans les émirats. On apporte à chaque plante la quantité de lumière, d'humidité, de chaleur et d'eau dont elle a besoin. La Ferme maraîchère, Al-Badia, produit différents légumes à la verticale avec des techniques alliant des contrôles précis de la lumière et l'irrigation, en se targuant de recycler 90% de l'eau utilisée. On y cultive surtout des légumes feuilles et des plantes condimentaires.  Le succès est au rendez-vous pour les consommateurs des émirats. Découvrir le ferme


Aucun commentaire:

Publier un commentaire