lundi 26 octobre 2020

Réformes de la politique agricole indienne : vers la fin des mandis et du soutien ?

 Les réformes envisagées assoupliront les règles concernant la vente, la tarification et le stockage des produits agricoles - règles qui ont protégé les agriculteurs indiens du marché libre pendant des décennies.
Les politiques anciennes permettent aux acheteurs privés de stocker des produits essentiels pour les ventes futures, ce que seuls les agents agréés par le gouvernement pouvaient faire; et elles décrivent les règles de l'agriculture contractuelle, où les agriculteurs adaptent leur production à la demande d'un acheteur spécifique.
L'un des changements les plus importants est que les agriculteurs seront autorisés à vendre leurs produits au prix du marché directement à des acteurs privés - entreprises agricoles, chaînes de supermarchés et épiciers en ligne. La plupart des agriculteurs indiens vendent actuellement la majorité de leurs produits sur des marchés de gros contrôlés par le gouvernement ou des mandis à des prix planchers garantis.
Mais les agriculteurs craignent surtout que cela conduise à terme à la fin des marchés de gros et à des prix garantis, les laissant sans option de secours. Autrement dit, s'ils ne sont pas satisfaits du prix proposé par un acheteur privé, ils ne peuvent pas retourner au mandi ou l'utiliser comme monnaie d'échange pendant les négociations.

Les manifestations ont été les plus fortes au Pendjab et dans l'État voisin de Haryana, où le système de mandi est fort et la productivité est élevée - de sorte que seul le gouvernement a été en mesure d'acheter le volume de produits à un prix fixe.
De la faible productivité aux propriétés foncières fragmentées, en passant par le manque d'infrastructures de stockage et un endettement élevé, plusieurs raisons expliquent la détresse agraire persistante en Inde

Aucun commentaire:

Publier un commentaire