samedi 9 novembre 2013

Quand la chaleur, la sécheresse ruine les agriculteurs : on observe le retour du sorgho, le «Chameau des cultures céréalières»

Une grande partie du monde subit le réchauffement climatique avec des phases de sécheresse. Ce phénomène ouvre des perspectives au sorgho qui économise l’eau et qui est ainsi appelé "le chameau des cultures". Il bénéficie d’un attrait supplémentaire: les consommateurs qui sont à la recherche de "grains anciens» et qui ont été relativement épargnées par l'agriculture moderne. Le sorgho est loin d'être aussi célèbre que les trois grands de l'agriculture mondiale: le maïs, le riz et le blé. Mais peut-être qu'il le deviendra. C'est une plante  des temps difficiles et des lieux difficiles. En Afrique, il est cultivé par les agriculteurs dits de subsistance. Il n'a jamais obtenu beaucoup d'attention des semenciers. Mais il est nutritif. Il peut pousser dans des sols que d'autres plantes ne tolèrent pas. Surtout, il n'a pas besoin de beaucoup d'eau. En comparaison avec le maïs, par exemple, il faut un tiers en moins d'eau, et il ne faiblit pas quand les pluies ne viennent pas à temps. Il attend que l'humidité arrive.
Le sorgho est naturellement sans gluten.

Le sorgho est utilisé pour les mêmes buts que le maïs: aliment à haute énergie pour les porcs et les poulets. Il peut également être transformé en éthanol.          Un excellent article sur le retour du Sorgho

Aucun commentaire:

Publier un commentaire