dimanche 20 décembre 2015

« Produire en Nouvelle Zélande c’est s’assurer que la nourriture sera cultivée dans un endroit des plus appropriés de la planète"

Plus de 150 journalistes venus du monde entier se sont retrouvés en Nouvelle-Zélande invités par la Fédération internationale des journalistes agricoles (IFAJ) pour son congrès annuel.  Le pays est en plein milieu d'un débat passionné à propos de sa propre identité agricole. Quelques interventions permettent d’approcher les caractéristiques et les changements intervenus dans ce pays à vocation agricole :
1°- Le ministre du Commerce, M. Tim Groser a souligné le fait que seulement 3 % des exportations de Nouvelle-Zélande sont maintenant destinées au Royaume-Uni, en baisse de plus de 60 pour cent depuis 1973.
2°- 95% de la production agricole est destinée à l’exportation (23 milliards de £)
3°-  L'économie néo-zélandaise a été construit sur l'agriculture, il n'y a pas de danger qu’elle devienne une «industrie en déclin» a dit Tim Groser, « l’Asie avec 4.4 milliards de consommateurs fournit à la Nouvelle Zélande une énorme opportunité. »
4°- «L'agriculture est la Silicone Valley de la Nouvelle-Zélande," a-t-il dit. "Nos marchés ont toujours été répartis à travers le monde et les producteurs ont dû adapter leur production aux besoins du monde pour ne pas mourir."
5°- La Chine, avec 1,35 milliard d’habitants, capte l'attention. L’arrêt de sa politique de l'enfant unique est également une étape importante et signifie que la demande devrait croître et non stagner. La Chine deviendra le plus grand partenaire commercial de la Nouvelle Zélande.
6°- M. Groser a dit: " Nous sommes dans les premiers stades de la mondialisation de l'agriculture et ce processus ne s’arrêtera pas. » Il a également  dit: «Nous devons nous rapprocher du consommateur afin de générer plus de valeur à nos produits. »
Madame  Jacqueline Rowarth professeur de l'Université de Waikato a déclaré:
1°- 70 % du peuple chinois est préoccupé par la sécurité alimentaire c’est pourquoi les chinois se tournent vers nous. "
2°- " Le Royaume-Uni et les États-Unis protègent des agriculteurs inefficaces avec les subventions. Qu'est-ce que l'industrie a le plus besoin ? – « d’agriculteurs efficaces et non des moins efficaces. "
3°- Nous avons à produire de la nourriture là où il est préférable de le faire et nos conditions naturelles sont bonnes.
4°- La Nouvelle-Zélande a abandonné les subventions agricoles en 1984 car le gouvernement devait faire face à de graves problèmes financiers. 
5°- Pour Jacqueline Rowarth « les agriculteurs du pays ont innové parce qu'ils n’ont pas été  protégés contre les forces du marché par des subventions ».
Tout au long du congrès une atmosphère de dérision s’est dégagée vis-à-vis des  pays qui les ont toujours maintenues.


Sources : divers articles de la presse anglo-saxonne 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire