mercredi 10 février 2016

La décision de l'OMC à mettre fin aux subventions aux exportations agricoles est une bonne nouvelle pour les agriculteurs et aussi les consommateurs.

A la fin des années 1980, un tiers des subventions agricoles de l'UE environ € 10 milliards par an (équivalent à environ € 17 milliards d’aujourd'hui) étaient utilisées pour les subventions aux exportations agricoles. La politique agricole commune de l'UE avait des prix minimum fixés administrativement : prix d’interventions, prélèvements à l’importation et restitutions à l’exportation pour les principaux produits de base. L‘Europe connaissait d'énormes stocks de céréales et de produits laitiers et des prélèvements élevés à l’importation des produits des pays tiers. Les agriculteurs se plaignaient, malgré tout, des prix trop bas. Les organismes d'intervention de l'UE ont déconnecté les agriculteurs avec des prix qui auraient guidé l’offre en quantité et qualité. Les USA subventionnaient par d’autres mécanismes.  
En même temps, les économies de pays émergents ont commencé à montrer leur appétit croissant pour introduire subventions à l'exportation, y compris la Chine (coton), l'Inde (sucre), le Vietnam et la Thaïlande (riz), en raison de l'augmentation de leurs stocks, conséquence du niveau de soutien accordé aux producteurs nationaux.
En Décembre 2015, à la Conférence ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC)  à Nairobi, les pays membres ont finalement convenu que les subventions à l'exportation pour les produits agricoles seraient abolies. L'accord du 19 Décembre 2015 stipule que "les pays développés membres élimineront immédiatement leurs restitutions restantes à partir de la date d'adoption de cette décision» et «les pays en développement membres élimineront leurs subventions à l'exportation d'ici la fin de 2018." Les membres de l'OMC "s’engagent également à ne pas donner de crédits subventionnés à l'exportation, de garanties de crédit à l'exportation ou des programmes d'assurance" pour les produits agricoles. Ces systèmes étaient très utilisés par les USA.               
                                                                            photo: poulet congelé en provenance d'Europe
Les subventions à l'exportation : paiements directs, prêts à l'exportation, avantages fiscaux faussent les prix du marché et conduisent à des prix plus élevés sur le marché où la production est excédentaire dans les pays exportateurs et des prix plus bas et moins de production domestique dans les pays importateurs, par découragement des agriculteurs. À court terme, les consommateurs dans les pays importateurs bénéficient de prix des produits alimentaires faibles ce qui évite les émeutes de la faim, cependant, à long terme, ce système nuit à la production alimentaire et sa compétitivité dans les pays importateurs. 
Un premier accord a eu lieu lors de la réunion du Conseil ministériel de l'OMC à Hong Kong en Décembre 2005. L'UE avait concédé que ses subventions à l'exportation pouvaient être éliminés, les USA ses crédits à l'exportation et l'aide alimentaire (largement utilisée), le Canada et l’Australie leurs offices de commercialisation avec monopole d'Etat.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire