samedi 5 août 2017

Menaces et espoirs pour la boisson la plus populaire au monde après l’eau

Des recherches nous indiquent que le thé cultivé dans certaines parties de l'Asie pourrait voir son  rendement baisser jusqu'à 55% à cause de la sécheresse ou de la chaleur excessive. La qualité du thé diminuerait également. L'utilisation intensive de pesticides et d'engrais chimiques dans les plantations de thé a également entraîné une dégradation des sols. L’espoir peut être à l'horizon depuis que les scientifiques de l'Institut de Botanique de Kunming ont déclaré à l'Académie chinoise des sciences avoir séquencé l'ensemble du génome du thé. La cartographie de la séquence exacte de l'ADN fournit la base pour répertorier toute l'information génétique nécessaire pour aider à créer et accélérer le développement de nouvelles variétés de thé résistantes à la sécheresse, chaleur et ensoleillement. La connaissance de l'ensemble du génome du thé révèle sa base génétique : la tolérance du thé aux contraintes environnementales, à la résistance aux parasites et aux maladies, à la saveur, à la productivité et à la qualité.
La connaissance du génome du thé est très importante, avec près de 37 000 gènes - plus de quatre fois la taille du génome de la plante du café.
Ces gènes sont comme des marqueurs moléculaires que les scientifiques peuvent identifier lors du choix des plantes à cultiver dans les pépinières. Cela devrait leur permettre d'être plus certain que la prochaine génération de théiers qu'ils produisent aura les gènes et les traits qu'ils souhaitent.
L’emploi de la nouvelle technique prometteuse appelée CRISPR qui utilise une enzyme appelée Cas9 permet aux scientifiques de travailler sur les zones cibles de l’ADN et effectuer les modifications requises. Par rapport à d'autres techniques d'édition de gènes, CRISPR est extrêmement facile à utiliser et rentable.

Ces principes pourraient également être utilisés pour améliorer la valeur nutritionnelle ou médicale de certaines variétés de thé. Le séquençage du génome permet d’appréhender les gènes associés à la biosynthèse. Il s'agit de la production des protéines et des enzymes impliquées dans la création des composés qui rendent le thé si consommable, comme les flavonoïdes, les terpènes et la caféine. Ceux-ci sont étroitement liés à l'arôme, à la saveur et à la qualité du thé. Ces techniques pourraient, également, aider à améliorer le goût du thé, le rendre plus savoureux et plus nutritionnel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire