mardi 14 avril 2020

Les relations de la Chine avec l'Afrique sont illustrées ici avec les tensions sur le marché de l'ail kenyan


Le secteur agricole emploie 40% des 49 millions d'habitants du Kenya et représente 26% de son économie.
Ces dernières années, la Chine a offert aux pays africains des prêts, une aide au développement et financé de vastes projets d'infrastructure dans le cadre de l'initiative Belt and Road,
Les agriculteurs producteurs d’ail sont préoccupés par les bulbes importés et souhaitent que le gouvernement agisse «L’ail chinois devrait être taxé à un niveau élevé afin que l'agriculteur kenyan puisse gagner quelque chose » disent-ils.
Le Kenya importe actuellement environ 50% de son ail, selon les statistiques officielles
Mais ils ont du mal à comprendre pourquoi de nombreux consommateurs kenyans optent pour les bulbes d'ail blanc chinois plus ronds et plus lisses que les produits cultivés localement. Alors que l'ail chinois présente de plus grosses gousses plus faciles à peler à la main que la variété kenyane qui est plus complexe, ils disent que l’ail de leur pays possède un avantage clé : son goût. "L'ail kenyan est vraiment sucré"
Transparency International classe le Kenya parmi les pays les plus corrompus au monde - 144e sur 180 pays selon l'indice de l'an dernier.
Le Kenya a emprunté l’argent à la Chine. " Nous ne pouvons pas vous dire où va l'argent et nous n’avons que des sentiers pour transporter notre production ».
Les producteurs soulignent le manque d'infrastructures locales qui rend si difficile la concurrence avec les importations.
"Il n'y a pas de route ici", expliquent-ils. "L'argent a été mangé."
Article à consulter

Aucun commentaire:

Publier un commentaire