samedi 9 août 2014

La rouille dévaste les récoltes des grands crus arabica d’Amérique Centrale.

 
La rouille des caféiers est apparue depuis quelques année et a détruit tout. Le champignon a rugit sur ​​les collines, les vallées couvertes et s'accroche aux pentes des volcans ombragées du Guatemala.
Un producteur Diaz dit : « c’est comme une bombe atomique, il laisse toute la place propre. »
Le champignon s'est propagé à travers l'Amérique Centrale à un rythme alarmant, et entraine des pertes de récolte énormes et il provoque des centaines de milliers chômeurs sur son sillage.
En El Salvador, près des trois quarts de tous les caféiers sont infectés par le champignon; au Costa Rica, plus de 60 pour cent sont infectés. Et au Guatemala, la rouille du café couvre désormais 70 pour cent de la récolte, ce qui entraine la perte d'au moins 100.000 emplois et une baisse de 15 pour cent de la production de café au cours des deux dernières années. L’exode des travailleurs vers les USA devient la solution pour survivre.
La rouille du café a été dans la région depuis longtemps. Mais récemment, elle est devenue plus agressive.
C'est en raison du changement climatique, dit Anzueto de Coffee Board du Guatemala. Les températures sont en hausse et le champignon se développe par temps chaud. Il attaque les feuilles de caféiers, et étouffe les nutriments qui nourrissent les cerises qui renferment les grains de café. Et maintenant que c'est plus chaud, la rouille s'est propagée à des altitudes plus élevées, où elle s'était rarement aventurée avant et où les meilleurs grains de café du Guatemala sont cultivés. Il existe des souches résistantes à la rouille du café, mais de moindre qualité gustative.  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire