mardi 26 juillet 2016

De nombreux économistes US voient dans le modèle coopératif une idée qui s’applique très bien au courant économique actuel

Le magazine Time du 11-18 juillet 2016  dans un excellent article intitulé « 197. Cranberry capitalism » de Rana Foroohar a mis en évidence l’intérêt et l’actualité du modèle coopératif. De cet article, nous allons en emprunter de larges extraits.
Les coopératives appartiennent  aux coopérateurs qui les gèrent collectivement et permettent ainsi le rétablissent de l’équilibre de pouvoir entre l’entreprise et les apporteurs de produits ou services.
Ocean Spray une coopérative spécialisée en cranberries est une des plus de 30 000 coopératives américaines qui génèrent collectivement plus de 650 milliards $ de revenus.
Le mot coopératif peut évoquer des images de hippies et kibboutzim, mais il est un modèle d'entreprise largement utilisé depuis le milieu du 19e siècle en Europe et s’est répandue aux États-Unis.
De grands noms de marques comme Welch, Land O'Lakes et Sunkist et CHS Inc.... sont toutes détenues collectivement par des agriculteurs. REI, est la plus grande coopérative d’utilisation du matériel du pays.
Ce modèle collectif est susceptible de devenir encore plus populaire dans l'économie américaine qui devient de plus en plus Ubéralisée avec de plus en plus de travailleurs opérant comme des entrepreneurs indépendants.
Swift, une nouvelle application de taxi type Uber est gérée et détenue par les conducteurs. Le concept a trouvé la faveur des politiciens et des décideurs politiques, qui y voient un moyen de renforcer les économies locales tout en proposant un filet de sécurité sociale minimum.
New York City a récemment lancé un fonds de 2 millions de dollars pour aider à développer les coopératives dans le quartier des affaires comme des imprimeries et des cafés.
A Ocean Spray, les agriculteurs peuvent obtenir trois fois le prix moyen par baril de canneberges payés sur le marché libre, parce que les travailleurs, plutôt que de Wall Street, arrivent à prendre les décisions stratégiques. Les grandes firmes concurrentes sont sous plus de pression pour maintenir les cours des actions et une marge élevée. Peu de grandes entreprises peuvent se concentrer sur le succès à long terme des travailleurs. Douglas Rushkoff auteur « 
Throwing Rocks at the Google Bus: How Growth Became the Enemy of Prosperity » écrit "Depuis les années 1980, le succès de l'entreprise a été mesurée par sa capacité à extraire de la valeur et à la stocker dans son cours de bourse"
Aussi le modèle coopératif permet aux travailleurs de devenir propriétaires du capital et de décider des prix plutôt que d'être dépendant d'un ensemble de salaires ou de dividendes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire